Reconquérir sa légitimité après un plantage

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

SOMMAIRE DU DOSSIER
Accueil du dossier (06/06)
Adapter son discours au profil de son interlocuteur (07/06)
Comment devenir le chef de vos ex-collègues (08//06)
Reconquérir sa légitimité après un plantage (11/06)
Trouver sa place dans une nouvelle organisation (12/06)
Faire triompher ?ses idées en réunion (13/06)
Les 12 attitudes ?qui en imposent en réunion ou lors d’un rendez-vous (12/06)

Assumer un échec, c’est bien?; se flageller,?c’est inutile. Pour conserver le respect de votre équipe et de votre hiérarchie, il faudra montrer que vous savez relever la tête?!

C’est culturel?: si les Anglo-Saxons pardonnent aisément un accident de parcours, les Français se montrent moins indulgents. Menée par l’Observatoire Cegos en octobre?2010, une enquête sur les pratiques managériales en Europe révélait que les managers français étaient évalués bien davantage sur leurs performances opérationnelles que sur leurs qualités humaines. Autrement dit, seul le résultat compte. Garder la tête haute face à ses équipes après un plantage apparaît d’autant plus difficile dans ces conditions. Est-ce une raison pour faire profil bas?? Certainement pas?! C’est au contraire en vous montrant proactif que vous pourrez restaurer votre légitimité de manager et entraîner rapidement vos troupes vers de nouveaux objectifs.

Commencez par communiquer autour de l’événement

«Tirer pour soi-même les leçons de ses échecs est une chose, en parler à son entourage en est une autre», affirme Jean-Pierre Testa, responsable de l’offre management chez Cegos. Il faut donc oser communiquer autour de l’événement malheureux. Directeur du cabinet de conseil DPM & Associés, André Perret se souvient de ce fabricant de matériel de transport qui avait lancé un produit trop complexe à grand renfort de publicité. Résultat?: un véritable flop commercial. Il décortiqua les raisons du fiasco, puis, avec l’accord de sa hiérarchie, entreprit une tournée des filiales à l’étranger pour les faire bénéficier de son analyse.

Cela dit, n’en faites pas trop non plus?: inutile de vous aplatir. Dans un revers de fortune, on trouve toujours des réussites partielles à mettre en avant. Echouer à décrocher un marché, par exemple, ne signifie pas que tous les efforts ont été engagés en pure perte. «Même si toute une équipe a travaillé pendant des mois pour finaliser une offre et que celle-ci n’est pas retenue, j’explique toujours à mes collaborateurs que notre réponse a au moins permis de positionner l’entreprise sur un marché, souligne Guy, un responsable des appels d’offres chez EADS. Nous nous sommes fait connaître des acteurs de ce marché, ce qui nous permettra de décrocher d’autres contrats ultérieurement. Surtout si nous avons été retenus en “short-list”.»

Faites aussi valoir que vous?avez fait tout votre possible, mais qu’aller plus loin aurait pu se révéler contre-productif?. «Lors d’un appel d’offres récent que nous avons perdu, nous avions calculé des prix très serrés, précise Guy. Si nous les avions baissés davantage, notre marge aurait été négative. Je ne suis pas sûr que les concurrents finalement retenus aient fait une?si bonne opération?!» Pensez à remercier chacun pour son implication. Et hâtez-vous d’entreprendre un autre projet pour éviter que l’équipe ne gamberge.

Affichez-vous avec ?des soutiens de poids

En situation difficile, vous aurez plus que jamais besoin de vous appuyer sur votre réseau. Le fait de vous afficher dans un couloir, à la machine à café, en réunion ou au restaurant avec le directeur financier ou avec le patron vous permettra d’entretenir votre crédibilité auprès de vos collaborateurs. Sans vous transformer en courtisan, donnez de la visibilité à vos liens formels et informels avec ceux qui comptent dans l’entreprise. «Après tout, souligne la consultante Françoise Donant, un échec n’est jamais le fait d’un seul individu?: la structure tout entière porte une part de responsabilité.»

A vous d’envoyer ce message subliminal en montrant votre proximité avec les décideurs. Il ne s’agit pas de vous défausser… mais de rappeler subtilement que vos supérieurs n’ont pas plus que vous anticipé l’augmentation du cours des matières premières qui a rendu votre investissement calamiteux. Faites en sorte que, d’une manière ou d’une autre, ils réaffirment publiquement leur confiance en vous. C’est ce qu’a obtenu Jean-Philippe, responsable grands comptes chez Vinci?: «Nous n’avions décroché aucun des trois derniers marchés que je visais. J’ai dit à mon chef qu’il serait judicieux que je change de poste.» Celui-ci a alors répondu?: «Pas question?! Je sais quel travail tu as réalisé et ce que tu vaux.» Non seulement Jean-Philippe est resté, mais, contre toute attente, sa prime de fin d’année a été majorée.

Prenez de la hauteur en ?relevant un nouveau défi

C’est surtout sur votre capacité à rebondir rapidement et à entraîner votre équipe que vous serez jugé. Lors du lancement officiel du?rallye Dakar 2013, le 21?mars dernier, Etienne Lavigne, son directeur depuis 2005, a pu détailler le bilan très positif des dernières éditions. Pourtant, en 2008, l’annulation de l’épreuve la veille du départ avait mis en péril sa pérennité et fragilisé la crédibilité de son directeur. Aujourd’hui, il a si bien renversé la?situation que la gestion de cet échec est considérée par ses collaborateurs comme l’un de ses faits d’armes. «Il a gagné énormément d’ampleur en montrant sa capacité à lancer très rapidement un nouveau challenge, explique l’un d’eux. Il n’a pas hésité à prendre un pari risqué?: quitter le continent historique du rallye – l’Afrique – pour l’Amérique du Sud. Et il a su le relever avec son équipe.»

Dans les fonctions commerciales, ce genre de réorientation est monnaie courante. «Un lundi en fin de matinée, un annonceur m’a appelé pour annuler une commande dont le montant représentait 50% de mon chiffre d’affaires du mois, se souvient Michaël Sberro, respon sable commercial chez FFE (régie publicitaire pour les organismes institutionnels). J’avais déjà prévu de sabler le champagne pour fêter cette réussite. J’ai choisi de maintenir ce moment festif et de lever mon verre au prochain contrat. Dès le début de l’après-midi, je me suis forcé à reprendre la prospection.»

Naturellement, on vous pardonnera moins facilement un second plantage dans la foulée… Remobiliser vos troupes est essentiel, mais vous avez alors quasiment l’obligation de réussir, faute de quoi votre leadership risque d’être définitivement mis à mal.

ATTENTION !! Le Statut d’Auto-Entrepreneur est menacé !! Signez la pétition ici !

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.